lundi 1 octobre 2007

Jean Dinardo et son Groupe : les W ¤ Lucky-Girls / New-Times Rock


On commence en fanfare, enfin façon de parler, avec une petite rareté des plus sympathiques : Jean Dinardo, un nom qui ne vous dit sans doute pas grand chose... Il y a de quoi. Le bonhomme n'a que quelques singles et EPs de valse-tango-musette à son passif, enregistrés entre 1967 et 1970 pour les labels Vega, Orly ou Présence. Tout juste peut-on mentionner un 7" EP 6 titres (catalogué lui aussi "Dance with...") de 1969 sur Orly, où le mieux (deux jerks à la Juanico) nous est offert par Pierre Sellin et sa trompette, car sincèrement le tango, même à la Dinardo, c'est pas notre came ! Au passage et par correction nous n'évoquerons pas la bande des amigos de François (paix à leur âme).
Ahh les petits labels parisiens... un magma assez indescriptible, avec Neuilly, Orly, Afa et consorts... il nous semble que Vega, une division des éditions musicales Présence, est devenue ensuite Orly, le label Festival en assurant la distribution. On ne s'apesantira pas sur le sujet, toutefois n'hésitez pas à partager avec nous vos éventuelles connaissances en la matière...
Revenons-en au début et à ce Dinardo. Qui était-il ? Eh bien il n'est pas facile de répondre de manière précise car le personnage peine à enflammer les passions. Les amateurs de variété chauvine (chauviniste ?) préfèrent réécrire la bio de Cloclo pour la centième fois plutôt que de défricher les archives du musette parisien (ou périgourdin). Difficile de savoir qui a raison, et comme on s'en tape totalement on éludera le sujet sans trop de scrupules. De vous à nous, s'il faut retenir un disque de Jean Dinardo, c'est celui que nous exhumons ici même, qui soit dit en passant porte le n°9 dans la bien-nommée série "Dance With..." dont nous parlions à l'instant.
En plus des EPs tels que celui décrit plus haut, cette série comporte une dizaine de singles, la plupart n'étant pas numérotés. Au programme d'autres jerks bien sûr, mais aussi du shuffle-rock et des parenthèses latinisantes tout à fait sympathiques. Le meilleur de tous est certainement le n°7 signé par Les Requins, le backing band de Luc Harvet.
Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à notre chèvre : Dinardo  qui, pour faire vite, est l'un de ces multiples anonymes ayant temporairement occupé la fonction d'arrangeur/chef d'orchestre/fusible quand on le leur a demandé. Certains tels Luc Harvet justement, Pierre Dutour, Hervé Roy ou André Verchuren sont passés à la postérité, avec des réussites variables, et bien que Dinardo ait lui aussi tâté de l'accordéon, on le rangera avec les trois premiers (à moins qu'il n'y ait quelque chose à garder chez Dédé ? ah oui : la collection de voitures, probablement dispersée maintenant. Bah).
Signalons que Luc Harvet (ou Harvey) a lui aussi surpris son monde avec quelques productions forts convenables : sur le "Dance With..." n°4, cet organiste nous a gratifié du succulent "Nothing to Do" (aussi paru sur un EP), compilé chez Cosmogol et qui fait un tabac dans les soirées jerkbeat. Nonobstant, Harvet était majoritairement dépositaire d'arrangements kitsch de première bourre, nous sommes d'accord là-dessus.
Mais cessons à la fin de fuir notre sujet et concentrons-nous sur ce magnifique double-sider de 1973, "Lucky-Girls / New-Times Rock". Jean Dinardo est accompagné d'un Groupe au nom assez énigmatique : "les W". Vous connaissez ? Non ? C'est normal. D'aucuns prétendent qu'ils avaient des dents pointues et un aileron dans le dos... aha. En tout cas on est en droit d'espérer autre chose que ces horribles disques d'accordéon. Oui. Fini les affreuses sonorités mécanico-criardo-métalliques du soufflet à touches, ce 45 nous offre deux petits bijoux enregistrés par un big band parfaitement en phase avec les excellentes partitions signées... Ramon Chiloë et Carl Pilser ! On ne rit pas... En tout cas si ce ne sont pas des pseudos c'est rudement bien imité.
Sur la face A, on trouve un morceau assez court du nom de "Lucky-Girls" où les cuivres (saxophone baryton, trombones et trompettes) se partagent les honneurs. L'introduction mohawksienne (sic) à base d'orgue Hammond et de guitare basse à cordes plates met tout de suite en confiance. Le tempo est modéré, mais le groove vous maintient dans le move du début à la fin. Une légère sudation se fait sentir au changement de tonalité... mon dieu, du Dinardo qui groove... ça semble difficile à croire, et pourtant c'est vrai ! Merci les W...
Sur la face B c'est "New-Times Rock" qui nous est offert et alors là je demande votre attention avant d'ouvrir les hostilités. Cela fait un moment que les seventies s'égrènent et que les dancefloors font la part belle au funk, pourtant c'est un jerk survolté qui vous sera livré pendant deux minutes quarante, alors ne faillissez pas. Préparez-vous à sérieusement brasser de l'air car sur ce cut l'aiguille des bpm dépasse allègrement les 150...! Mais maintenant que les superbes compiles "Ouh la la..." des sélectionneurs précités vous y ont entraîné, vous craignez plus pour vos sphincters que pour vos articulations... Par rapport à "Lucky-Girls", on note la présence d'un riff de guitare wah-wah très engageant dès l'entame et surtout d'un thème simplissime absolument contagieux martelé par les trompettes, entrecoupé de moult drumbreaks énergiques soulignés par les gros cuivres (trombones et tubas). L'auditeur-danseur fou est immédiatement propulsé dans l'adimension et se laisse embarquer par ce rythme frénétique qui atteint son paroxysme lors d'un chorus hélas trop court d'orgue Hammond, lequel achève définitivement de vous faire exploser la tête (oui parfaitement) si ce n'était pas déjà fait !!!! Dites-vous bien qu'il y a 40 ans c'est avec ça qu'on mettait le feu dans les discothèques...
En conclusion et pour enfoncer le clou s'il en était besoin, ce disque est une petite merveille ! C'est bien là que réside la FORCE de ces diables de singles : les thèmes sont à la fois mélodieux et faciles à mémoriser. En somme, simples et efficaces. On en redemande !

Et d'ailleurs : zstp://www66.zippyshare.com/v/ZLGzHE03/file.html

4 commentaires:

tripmaster a dit…

simply bad ass...love it!!

CasRok80 a dit…

The rapidsharre link is dead may I get a new link. I just found your blog. Looking forwrd to seeing some cool stuff. I dj as well as collect music if your interested in any mixes hit me up and I'll send you some.

Anonyme a dit…

Bonjour
Jan DINARDO doit toujours habiter dans le bas d'Aulnay sous Bois ..dans le 9-3

Lionel

Hanimex 3000 a dit…

je découvre seulement le message précédent... des précisions ?

anyway, nu mp3 link :
http://www.mediafire.com/?75dvqvgm7w8zkd0

N